La génération Y et le monde du travail

La génération Y aussi appelée gen Y, millennials fait couler beaucoup d’encre. Souvent considérée comme volatile, paresseuse ou encore impatiente, elle est encore incomprise dans le monde du travail. Pourtant, de nombreuses études démontrent que ces préjugés ne s’avèrent pas tous fondés. Surtout, que cette génération qui casse les codes peut beaucoup apporter aux entreprises.

1. La génération Y : état des lieux

Née dans les années 80, cette génération a toujours été confrontée à la surconsommation. Que ce soit dû au marketing, aux pubs TV ou encore maintenant, à toutes les sollicitations faites via les smartphones, elle a la possibilité de tout avoir, tout de suite : Amazon nous permet d’être livrés en un clic dans la journée, les rencontres se font via des applications qui nécessitent seulement de swipper à droite ou à gauche pour trouver l’amour, les réseaux sociaux nous permettent de communiquer avec n’importe qui à tout moment de la journée ou de la nuit à travers le monde..

Les réseaux sociaux mettent également en avant, à travers les influenceurs, bloggeurs, youtubeurs des vies toutes plus passionnantes les unes que les autres. Cela laisse penser qu’une vie de rêve est accessible à tous, moyennant un peu de travail et un smartphone.

Toutes ces sollicitations ont fait naître en cette génération Y, une forme d’impatience, une capacité de concentration inférieure à leurs aînés et une vision parfois décalée vis à vis de la réalité.

La génération Y et le monde du travail

2. La génération Y face aux réalités du monde du travail

La célèbre phrase « métro, boulot, dodo » ne fait pas rêver ces nouveaux actifs. En effet, imaginer se lever, prendre du temps dans des transports pour arriver au bureau et se voir attribuer des tâches rébarbatives et parfois vides de sens ne les convainc pas.

Alors que leurs parents devaient faire preuve de patience, et surtout rester loyaux à leur entreprise pour imaginer faire évoluer leur carrière, il semble impensable pour eux de rester plusieurs années à un même poste dans l’optique de potentiellement évoluer.

En effet, les millennials n’ont pas peur de démissionner pour booster leurs carrières. Selon Deloitte, 1 millennial sur 4 choisirait de quitter son entreprise dans l’année à venir pour rejoindre une nouvelle organisation ou faire quelque chose de différent. Au delà de 2 ans, ce chiffre augmente de 44%.

Ayant accès à tous types de formations en ligne, en accéléré ou en cours du soir, cette génération n’a pas peur de se former, afin de gravir les échelons plus rapidement. Le changement d’entreprise est alors vu comme une opportunité pour monter en compétences, gagner en performance et continuer à apprendre. Elle n’envisage tout simplement pas de stagner dans son travail ou s’ennuyer.

La génération Y et le monde du travail.

3. Comment s’adapter à leurs attentes ?

La génération Y est plus à la recherche d’un poste stimulant que d’un CDI. S’il faut enchainer quelques CDD afin d’acquérir les bonnes compétences et d’avoir plusieurs missions stimulantes, cette génération le fera ! Le but ? Éviter l’ennui à tout prix, pratiquer son savoir-faire et en acquérir de nouveaux.

Celle-ci n’hésite pas à prendre des risques et à s’investir plus si elle pense que l’entreprise et le poste occupé en vaut la peine. En effet, 76% des 18-30 ans se disent prêts à travailler plus si les missions leurs plaisent vraiment. Le côté paresseux qui leur est souvent attribué est donc démenti par ce chiffre.

De plus, cette jeune génération accorde beaucoup d’importance aux valeurs véhiculées par son futur employeur. Elle ne va pas hésiter à se renseigner avant d’intégrer l’entreprise pour être certaine que celles-ci correspondent aux siennes. Les critères importants dans le choix de sa nouvelle entreprise sont, outre la rémunération, le management souple, la qualité de vie au travail et la possibilité de gagner en performance. Tout cela dans le but de booster son employabilité.

Il est donc important, en tant que manager d’être à l’écoute, afin de comprendre le projet professionnel de votre nouvelle recrue. Ainsi, si vous l’aidez à gagner en performance, elle vous le rendra. Elle donnera son maximum pour vous apporter de la performance. Tant que cette génération pense qu’elle est gagnante dans votre entreprise, elle y restera. A vous de savoir écouter les alertes et faire en sorte d’être stimulant. Cela peut passer par des formations ou en donnant la possibilité de travailler sur des projets transverses.


Suivez nous sur Linkedin pour être au fait de nos actualités !

Retour haut de page