Personal branding : les préjugés ont la vie dur !

3 préjugés sur le personal branding

Travailler son personal branding est le meilleur moyen d’accéder à des offres d’emploi que vous n’auriez pas vu. C’est également un très bon moyen de devenir un profil convoité malgré votre profil atypique riche, qui aurait pu faire face à des préjugés via un CV unique.

Mais alors, qu’est-ce que le personal branding ? Pourquoi cette pratique fait-elle face à autant de préjugés ?

1. Le personal branding, est réservé aux CEO ou managers

Lorsque je parle de personal branding dans la recherche d’emploi, le premier préjugé que mes clients ont à l’esprit est en général que celui-ci est réservé aux CEO, aux entrepreneurs ou managers.

Or, ce concept s’applique en réalité à tout le monde. Quel que soit votre métier, votre niveau de responsabilité ou d’expérience. Le but est de pouvoir mettre en avant votre parcours, votre savoir-faire et votre personnalité pour gagner en visibilité.

En effet, lorsque vous êtes en recherche d’emploi, vous cherchez à vous vendre. La méthode classique que l’on nous enseigne depuis toujours est de faire un résumé très condensé de son parcours, ses compétences et ses traits de personnalité à travers un CV.

Le personal branding vise à reprendre toutes ces informations pour les mettre en avant de façon efficace sans être forcément vu comme « demandeur » mais plutôt comme « offreur de connaissance, compétence et expérience ».

2. Je ne veux pas paraitre narcissique en parlant de moi

Autre préjugé : je n’aime pas parler de moi et je ne souhaite pas paraitre prétentieux ou narcissique !

Parler de soi à travers un personal branding travaillé n’est pas inonder les réseaux de posts sur soi ! C’est en réalité parler de ses connaissances, de son savoir-faire, partager ses opinions.

Vous pouvez parler par exemple :

  • De projets auxquels vous avez participé
  • De sujets d’actualité
  • De leçons que vous avez tirées de votre expérience
  • D’actualité liés à votre secteur d’activité
  • Partager des conseils liés à votre métier

3. Le personal branding est pour les influenceurs ou marketeux.

Il est vrai que sur Linkedin par exemple, il est assez facile de voir se démarquer certaines personnes élues « top voice Linkedin » et qui pourraient paraitre comme des influenceurs ou spécialistes du marketing digital.

Or, il n’est pas nécessaire d’avoir un BAC+5 en marketing digital et un statut d’influenceur pour travailler son personal branding et gagner en visibilité auprès des bonnes personnes.

L’étape clé pour bâtir un personal branding fort est de faire une vraie introspection dans le but :

  • De connaître les traits de personnalités qui font votre singularité
  • De connaître vos forces
  • De connaitre vos compétences
  • D’identifier clairement votre projet professionnel
  • De mettre en place une stratégie efficace pour atteindre vos objectifs

Pour conclure, je me suis souvent rendue compte que ces préjugés servent souvent d’excuse parce qu’on a peur de se lancer, qu’on ne sait pas par où commencer et parfois peur d’être jugé. En réalité, le premier pas est le plus difficile, mais les premiers résultats positifs arrivent tellement rapidement qu’on regrette souvent de ne pas s’y être mis plus tôt !

Vous souhaitez échanger sur le sujet ? C’est par ici !

Vous souhaitez plus d’informations comme celles-ci ? Inscrivez-vous à la newsletter !

Retour haut de page